Chemin de lumière

La brume du matin, sur le lac immobile,

Fusionnait la nature au mythe originel.

Géants majestueux à la force tranquille,

Les arbres se paraient d’un reflet irréel

Tout semblait se confondre au miroir de lumière,

Le souffle de la brise et le chant des oiseaux.

Un papillon de nuit à l’envol éphémère,

De ses ailes d’argent émergeait hors de l’eau.

Le soleil renaissait, magistral amphistère,

Emblème d’unité sur l’aube de ce jour ;

De la corolle d’or où scintillait la terre,

S’élevait ce credo pour un fragile amour

A mes enfants, Joëlle, Jean-Luc, Véronique

Hymne à l’enfance

Un délicat pastel estompe ton visage,

Sous tes cheveux épars qui te font un écrin.

Lorsque pour t’endormir je trahis un refrain,

C’est un peu du bonheur que l’avenir présage.

Messagère d’espoir dont l’enfant est hommage,

La moisson de l’amour c’est l’aube du chemin,

Dont les ailes du temps, ciseleur de l’airain,

Poliront le reflet où se mire l’image.

Ces heures que l’on veut à jamais retenir,

Accrochent chaque jour, au fil du souvenir,

Une cendre d’argent où fuit l’insouciance.

Des boucles de soleil qui ruissellent des mains,

D’une larme qui tremble et que l’on cache en vain,

Se brode sans retour la page de l’enfance.

                                                                                                                                       

Sonnet

Marilou MENANT

Le Salon des Poètes de Lyon

1er Prix Mignardises 2008

Poèmes extraits Recueil « Le fil de ma vie »